Une amie a réagi à mon message sur les us et coutumes (3 avril). Je la cite :

...ça m'a rappelé mon séjour en Inde dans la famille du père de N., alors mon mari: l'extrême gentillesse et la chaleur de l'accueil et aussi les femmes si soumises qu'on serait tenté de croire que "chaque chose est à sa place", comme tu l'écrivais, je crois. Sauf que moi, j'y étais en tant que femme et épouse du fils, ce qui est très différent de ta position d'homme, d'aîné et d'hôte, et j'ai énormément souffert du fait qu'on m'interdise de mettre le nez dehors seule et qu'on m'infantilise avec autant de gentillesse, justement, sans jamais me dire que je ne devais pas faire ci ou ça... La soumission de ces femmes est telle qu'elles acceptent souvent de mourir (d'être assassinées) pour sauver "l'honneur" de la famille (des hommes)... Mais même si elles ne l'acceptent pas, beaucoup sont assassinées, brûlées vives, que ce soit parce qu'elle n'ont pas réussi à se soumettre assez ou pour de sombres considérations d'argent... Et ce n'est pas un phénomène marginal. ça touche aussi la famille et l'entourage du père de N., même si on n'en parle pas (des femmes jeunes et en pleine forme qui meurent mystérieusement après un divorce, par exemple, soit disant d'un arrêt cardiaque...). Je ne sais pas si c'est la même chose à Mada, mais je sais qu'il y a pas mal d'Indiens là-bas. Alors ouais, on a certes beaucoup à apprendre de ces cultures traditionnelles, mais bon, eux aussi de nous, sur d'autres plans!
 
Il me semble que les situations indienne et malgache sont fort différentes. Ici les femmes font des études et sont dans les affaires, de manière générale vivent leur vie. Ma perception (évidemment très limitée) me renvoie l'image d'une société où ce sont plutôt les femmes qui sont aux manettes. Je trouve à celles que je connais bien un côté assuré et épanoui, excluant toute idée de soumission.
 
 IMG_0247
 
Les hommes d'ici sont doux et même un peu timides, alors que les femmes ont un aplomb et un franc-parler qui peuvent étonner. C'est évidemment une généralisation et il doit y avoir des exceptions (par exemple l'alcoolisme, avec le cortège de troubles familiaux et sociaux qu'il engendre, est très visiblement présent parmi les couches les plus défavorisées). Mais c'est en tout cas radicalement différent de l'Inde.
 
J'ai souvent l'impression que les femmes malgaches considèrent leurs hommes avec une bienveillance attendrie, comme s'ils étaient leurs enfants.
 
Rappelons-nous que Madagascar est l'un des rares pays où très souvent le souverain était une souveraine...
 
Dans ces conditions, vivre ici ne heurte même pas mon parti-pris féministe !  :)