Un spot publicitaire m’a frappé. On y vantait une quelconque margarine. Une famille très belle et bien comme il faut prenait son petit déjeuner dans un environnement de rêve, en tartinant abondamment son pain avec ladite margarine.

spot1 

Ce qui m’a interpellé : la femme était Malgache et l’homme était vazaha (blanc).

 spot2

Les publicitaires n’ont pas coutume de prendre des risques. Ils savent habilement exploiter l’imaginaire de la cible visée. Et clairement, le beau mariage avec un vazaha, avec l’aisance financière et le 4x4 qu’il implique nécessairement, fait partie de la fantasmatique inconsciente de bon nombre de jeunes filles malgaches et de leurs familles.

Cette pub m'a éclairé sur les regards appuyés et/ou demi-sourires croisés dans la rue, ou l'approche très directe dans les bars par exemple. Pas de confusion : si une jeune femme vous fait des avances dans une boîte de nuit, clairement elle attend un petit cadeau à l'issue du temps passé ensemble. Mais l'idée du beau mariage est là aussi, comme en arrière-fond, et j'ai déjà eu des propositions en ce sens.

Précision : je ne pense pas être un bourreau des coeurs, et tous les regards croisés ne sont pas aguicheurs, loin de là. Mais la proportion d'instants équivoques reste significative.

Dans un tout autre contexte, les interpellations joyeuses des enfants ou les salutations à la fois respectueuses et amicales de personnes âgées dans les villages alentour, me donnent un autre éclairage sur les rapports entre les Malgaches et l'ancien colonisateur (on me croit bien sûr Français). Il y a une fascination, une envie d'entrer en relation, surtout si vous êtes vous-même plutôt souriant. Par exemple un vieux Monsieur m'a proposé de m'accompagner dans ma promenade. J'ai décliné parce que l'amie que j'allais voir n'habitait qu'à quelques mètres de là.

Si la question vous intéresse, voici un excellent article d'anthropologue sur la question : http://jda.revues.org/2703  Il est trop riche, nuancé et bien fait pour que je prenne le risque de vous le résumer...

 

 J'ai découvert un carnet de voyage tout à fait intéressant sur mon environnement. Il est moins enthousiaste que mon blog, et accorde une plus grande place aux aspects plus sordides. Mais il sonne très juste. Allez le découvrir : http://voyages.liberation.fr/jeunesse-dun-tour-du-monde/deuxieme-prix-2008-madagascar-les-sens-dessus-dessous